Les meridiens


planche-acupunctureLe système des méridiens est fondamental dans l’énergétique traditionnelle chinoise et dans ses applications. Il est le lieu des échanges et des communications entre l’interne et l’externe, le climat intérieur de l’homme et son climat extérieur. De plus, étant Yang (par rapport aux organes qui sont Yin), donc externe, nous pouvons facilement observer les manifestations qui y ont lieu, nous donnant ainsi des indications sur l’interne. Ces informations précieuses nous aident à dresser le bilan énergétique lors de notre séance. Les méridiens nous offrent en outre une possibilité d’action sur les énergies, notamment à travers les points d’acupuncture.

 

Les fleuves de la géographie humaine

L’idéogramme pour « méridien » est Jing. Il est composé, à gauche, de la graphie du fil de soie qui signifie une structure qui permet de gouverner, la trame sur laquelle on tisse le fil. Nous retrouvons aussi l’idée de modèle, de norme et de verticalité, ce qui indique l’ordre du Ciel. A droite, la graphie évoque les eaux qui circulent sous la terre, invisibles, mais dont on connaît la présence grâce à leurs effets sur la surface. A l’image de la géographie terrestre, les méridiens sont donc ces fleuves qui dessinent le territoire et amènent la vie là où ils circulent. Ils ne doivent ni s’assécher ni déborder pour que l’équilibre de l’écosystème qui dépend d’eux soit préservé.

ideogramme-meridien

 

ligne-separation

Le cycle circadien

Les méridiens ont également un rythme propre qui correspond à la circulation de l’énergie nutritive, Yin Qi (ou Iong Qi). Chaque méridien à une heure (deux en réalité !) d’activation au cours de laquelle il reçoit une « vague » d’énergie qui vient l’alimenter et, par lui, le système auquel il est lié. Cela peut expliquer pourquoi certains symptômes reviennent au même moment de la journée.

 

ligne-separation

 

Les axes énergétiques

Les méridiens sont organisés en axes énergétiques, trois axes Yin et trois axes Yang. Chaque axe est formé de deux méridiens de même polarité (Yin ou Yang). En Chine, ce sont à partir de ces axes énergétiques que l’on nomme les méridiens et non à partir des organes auxquels ils sont reliés, comme nous le faisons en occident par abus de language. Ainsi :

Le Tae Yin est formé du Tae Yin de main (Poumon) et du Tae Yin de pied (Rate-pancréas)
Le Yang Ming est formé du Yang Ming de main (Gros intestin) et du Yang Ming de pied (Estomac)
Le Chao Yin est formé du Chao Yin de main (Cœur) et du Chao Yin de pied (Reins)
Le Tae yang est formé du Tae Yang de main (Intestin grêle) et du Tae yang de pied (Vessie)
Le Tsiue Yin est formé du Tsiue Yin de main (Maître-cœur) et du Tsiue Yin de pied (Foie)
Le Chao Yang est formé du Chao Yang de main (Triple réchauffeur) et du Chao Yang de pied (Vésicule biliaire)

Chaque axe énergétique est responsable d’une fonction climatique et est couplé à son complémentaire selon la relation Yin Yang.

Tae Yin => humidification / assèchement <= Yang Ming

Chao Yin => réchauffement / refroidissement <= Tae Yang

Tsiue Yin => Fong (« vent ») / Feu <= Chao Yang

 

ligne-separation

 

La physiologie des méridiens

Les méridiens sont donc des voies / vaisseaux / canaux de circulation du sang et de l’énergie (Xue Qi) qui organisent les échanges entre l’interne et l’externe. Ces voies sont responsables de la bonne circulation sur les territoires qu’elles gouvernent, du plus superficiel au plus profond, et dans les relations qui les unissent.

Il existe 12 méridiens dits « principaux » ou « ordinaires » et 8 merveilleux vaisseaux ou méridiens « extraordinaires ». A cela s’ajoute les voies Lo (Luo), transversales et longitudinales, les Tching Kan (Jing Gan ou Jing Jin), les Tching Pié (Jing Bie) et autres branches profondes.

Ce système complexe, que certains caractérisent de « solénoïde », permet, par ce réseau de voies, de lier et d’organiser ce tout fascinant qu’est l’homme, dans tous ses aspects, du plus dense au plus subtil. En outre, il nous offre un moyen d’action très élaboré grâce aux points d’acupuncture, chacun ayant une physiologie propre et pouvant se combiner comme l’on combine des notes dans un accord de musique.

 

ligne-separation