Qi, l’energie


Vous avez dit énergie ?

La physique moderne sait désormais qu’il n’y a rien de vraiment fixe ou de solide. Il n’y a que nos sens et notre perception qui nous donnent l’impression que quelque chose est immobile ou solide, une table par exemple. En réalité, ce qui nous apparaît comme de la matière est un ensemble de particules (ou charges) qui vibrent, en permanence, à des fréquences plus ou moins hautes et selon un agencement bien spécifique. Aussi, nous ne « touchons » jamais réellement quelque chose, ce sont des champs électromagnétiques qui interagissent.

 

ligne-separation

 

L’énergie selon la Chine antique

Les chinois anciens avaient une intuition très développée de cette « énergie » qui est partout. Ils l’appelaient QI, que l’on traduit par énergie ou souffles. L’idéogramme est le suivant :

Qi

Il est formé, dans sa partie haute, de quelque chose qui monte, qui s’élève, une évaporation, un dynamisme. La partie basse, représente un grain de céréale, l’élément nutritif, la puissance de vie potentialisée. Ce dynamisme, cette vitalité, a besoin d’une essence nutritive. L’idéogramme des souffles contient déjà en lui la notion de différenciation propre à la manifestation : le Yin Yang (le dense et le subtil).

Les souffles sont à l’origine et à la fin de toute manifestation, du microscopique au macroscopique. Ils président à la production et à la caractérisation des êtres, aux échanges, aux rapports, aux relations, aux cycles, aux rythmes, à tout. Ils sont mère de l’espace-temps et de la vie. Les souffles compénètrent toute la Création.

Les souffles se différencient selon les modalités du Yin Yang. Chez l’homme, – considéré comme terme médian, véritable trait d’union entre Ciel et Terre -, on observe différents types de Qi dont la nature répond à leur fonction propre, par exemple :

– Wei Qi : énergie défensive
– Yin (ou Yong) Qi : énergie nutritive
– Yuan Qi : énergie originelle
– Zong Qi : énergie ancestrale
– Jing Qi : énergie essentielle

 

ligne-separation

 

Harmonisation des énergies

La pratique de l’énergétique traditionnelle chinoise vise à la régulation et à la bonne circulation des souffles chez la personne, tout en prenant en considération l’environnement dans lequel elle évolue. L’homme est un microcosme dans un macrocosme. C’est une approche dite holistique et principalement préventive, dont l’objectif est de préserver son énergie vitale.

L’étude du Huangdi Nei Jing Su Wen nous apprend que :

« Lorsque l’énergie est puissante et circule librement, la maladie ne peut s’installer ».

 

ligne-separation